Le petit bois de la Maison Bleue

Contribution au réchauffement climatique en Ardèche

Cet hiver (janvier 2019), La Maison Bleue a accueilli 11 nouveaux arbres. Il y a 10 ans, c’était l’accueil de 2 ormes, 1 platane, 1 amandier, 1 acacia, 1 micocoulier. Désormais, le parc s’agrandit de 3 acacias, 1 micocoulier, 5 tilleuls, 1 mélia et 1 arbre de Judée. Expérience aidant, c’est le paysagiste qui est venu les planter. Seule une mini-pelle peut faire le nécessaire et surtout briser les dalles de roche. Les racines vont pouvoir alors s’immiscer à travers les failles.

Un geste pour la planète à la Maison Bleue

Ces 11 arbres seront les derniers plantés. Dans 10 ans, ils auront pris un peu d’envergure pour assurer une ombre bienfaisante. Surtout, assis sur un banc devant la Maison Bleue, leurs feuillages n’obtureront pas la vue sur le Mont Ventoux. Le regard passera en dessous. Reste à organiser des brise-vents avec des buissons qui assureront aussi des baies pour les oiseaux en hiver ainsi qu’un hébergement lors des rafales du Mistral. Mais gare aux chats !

Pour une location de gîte agréable

Bien évidemment, c’est en collaboration avec « Braize Paysages » à Bourg Saint Andéol que ces arbres ont été sélectionnés. Le Tilleul est endémique. Il y en a déjà deux en limite de propriété, dont l’âge est évalué à une centaine d’années. Le micocoulier est typiquement provençal. Planté à côté de son congénère qui végète depuis 2004, sa fonction sera de l’alimenter, de l’aider le temps que nous le déracinions, refaire un trou conséquent afin que les racines puissent s’épanouir. Le Mélia et l’Arbre de Judée aiment aussi le soleil et apporteront du rouge dans leurs fleurs. Cela sera aussi un plus appréciable. Et les 3 acacias accompagneront leur copain planté il y a 10 ans. Fleurs blanches ou roses, ils apporteront du nectar pour les insectes au printemps. Ce sont des arbres peu exigeants et ils sauront protéger leurs voisins du dessèchement dû au Mistral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.